Une nouvelle fois sur la route, Médiavores est parti à la rencontre de ses commerçants de qualité. Aujourd’hui, nous nous sommes arrêtés chez Madame Sonia Willems qui notre retrace son histoire.

Sonia est née à Libramont Chevigny. Elle est liégeoise par son grand-père paternel qui se nomme Hubert Willems et ardennaise par son grand-père maternel qui se nomme René Pêcheur.

Dans la famille Willems, avoir des dons est inné dans chacun des secteurs différents : dessinateurs, graveurs sur pierre, tailleurs sur pierre, sculpteurs et cela, depuis plusieurs générations !

Quel est votre don, Sonia ?

Quand j’étais enfant, j’étais isolée des autres enfants et je rêvais de choses bien différentes.

Du haut de mes 6 ans, je me promenais régulièrement dans les allées du cimetière de mon village, toujours accompagnée de mon petit chien. Le cimetière était pour moi comme un immense jardin où je me sentais connectée à un monde parallèle, je m’y sentais paisible.

J’ai vécu durant de nombreuses années croyant être comme tout le monde, sans jamais avoir exploité ce don. Cela fait partie de ma vie depuis toujours. J’ai acquis mon premier commerce à l’âge de 18 ans, c’était une taverne. J’ai beaucoup travaillé dans l’Horeca. J’ai également été mannequin, modèle photos, galeriste, agent et directrice artistique. Tout cela dans divers pays et villes : Belgique, Luxembourg, Allemagne, La Bretagne, Grenoble, Amsterdam, Paris,…

Comment avez-vous démarré vos consultations ?

Une de mes amies m’a énormément soutenue et m’a poussée à me lancer.

Je me souviens encore de ma toute première consultation. C’est comme si c’était hier : un antiquaire très connu de la région liégeoise me contacte et demande à me rencontrer. Je me souviens lui avoir clairement dit les choses car je n’ai aucun filtre. Peut-être même que j’y suis allée trop fort. Je lui ai prédit qu’il allait acquérir un nouveau bien car je voyais des documents, un notaire, etc. Quelques temps plus tard, il me recontacte et m’annonce qu’il est bel et bien propriétaire d’un nouveau bâtiment.

Ensuite, la magie du bouche-à-oreille a opéré et je me suis créée ma clientèle grâce aux amis des amis de cet antiquaire. J’ai enfin pu mettre en pratique mes dons avec les autres et les mettre au service de personnes qui en ont besoin.

De quelle manière êtes-vous rémunérée ?

Mes consultations sont au prix de 75€.

Cela dit, je ressens directement quand les gens sont dans le besoin. Lorsque c’est le cas, j’offre la consultation. Le plus important à mes yeux, ce n’est pas l’argent mais d’aider ces personnes dans leur chemin de vie.

Comment vous contacter ?

Je préfère que les futurs consultants me contactent par e-mail en m’expliquant, au préalable, leur demande. Les seules informations dont j’ai besoin, c’est le prénom des personnes. Je préfère ne rien savoir d’autre.

Remerciements :

Je souhaiterais remercier ma famille, mon papa Gilbert Willems, mon fils Marvin, mon ange, ainsi que mes amis qui ont toujours cru en moi et qui continuent de le faire. Grâce à eux, je me sens heureuse et épanouie dans la vie et dans ce que je fais.

Partages

24587